Par délibération du conseil municipal en date du 20 novembre 2014, les élus ont décidé de la mise en place d’un système d’alerte météorologique par l’envoi d’un SMS, en cas de débordement du cours d’eau « Le Teulon » longeant l’avenue des Lens, une partie de l’avenue Marcelin Albert et la rue du 19 mars 1962.

En effet, selon les pompiers, il semblerait que l’envoi de SMS, via les téléphones portables, augmente le succès de l’envoi et de la réception d’une alerte. La garantie de vous joindre n’est donc pas assurée à 100 %, dans des circonstances météorologiques exceptionnelles. Tout le monde ne disposant pas d’un téléphone portable, vous pouvez nous communiquer un numéro de téléphone fixe, sans la garantie de parvenir à vous joindre pour la raison évoquée ci-dessus.

Vous trouverez ci-dessous le coupon-réponse à compléter et à adresser ou déposer à l’accueil de la mairie.

Le plan de prévention du risque inondation (PPRI) est disponible ici :

Les 8 comportements à adopter en cas de pluies intenses méditerranéennes

Le phénomène des pluies méditerranéennes intenses

Les régions de France les plus exposées à des pluies diluviennes, avec plus de 200 litres/m² ou plus (1 litre/m² = 1 mm d’eau) en une journée, se situent principalement en bordure de la Méditerranée. 200 litres/m², c’est environ le tiers de ce qui tombe en moyenne à Paris en un an !

Ces épisodes méditerranéens sont liés à des remontées d’air chaud, humide et instable en provenance de Méditerranée qui peuvent générer des orages violents, parfois stationnaires. Ils se produisent de façon privilégiée au moment où la mer est la plus chaude, ce qui favorise une forte évaporation. Plus la température de la mer est élevée, plus les risques de cévenoles sont importants. L’arrivée d’air froid en altitude est également un élément concourant à l’intensification de la convection.

Ainsi, trois à six fois par an en moyenne, de violents systèmes orageux apportent des précipitations intenses sur les régions méditerranéennes, du Roussillon à la Provence, en passant par la vallée du Rhône. L’équivalent de plusieurs mois de précipitations tombe alors en seulement quelques heures ou quelques jours. Avec le changement climatique, ces épisodes pourraient gagner en fréquence et en intensité.

Les épisodes méditerranéens sont le résultat d'une rencontre entre de l'air chaud et humide et de l'air froid d'altitude. Ces épisodes peuvent entrainer des inondations, des ruissellements et des crues ou encore des glissements de terrains.

Le massif des Cévennes est réputé pour l’intensité des épisodes qui l’affectent d’où le nom de « pluies cévenoles », mais de telles situations fortement pluvieuses frappent plus largement tout l’arc méditerranéen.

Au-delà de l’influence de la mer Méditerranée, les situations génératrices de fortes pluies cévenoles peuvent être de deux types :

  • celles où l’influence du relief est prépondérante. Lorsque qu’une masse d’air chaude et humide, poussée par des vents de basses couches, vient buter contre une barrière montagneuse, elle se soulève le long du relief. Avec l’altitude, elle se refroidit et la grande quantité de vapeur d’eau qu’elle contient se condense avant de finir par retomber sous forme de fortes précipitations. Les Cévennes ne sont pas le seul relief proche de la mer : les Pyrénées, les Alpes ou la Corse sont également concernées. Ce lien fort avec le relief conduit souvent à des précipitations qui se concentrent sur un périmètre géographique réduit.
  • celles où l’activité orageuse est principalement liée aux conditions météorologiques : ces systèmes orageux ne couvrent alors pas forcément des zones très étendues, mais génèrent de très fortes intensités de précipitations (dépassant souvent les 100 litres/m² à l’heure). Ils peuvent parfois se régénérer (on parle alors de cellules stationnaires) en créant une vaste bulle d’air froid de surface, qui agit alors comme un relief ou un obstacle, en soulevant la masse d’air toujours au même endroit. Finalement, ces forts cumuls peuvent atteindre plusieurs centaines de litres/m² (200 litres/m² en 24 heures et plus, avec une intensité horaire pouvant atteindre les 100 litres/m²), sur des bassins versants où le ruissellement peut se concentrer rapidement. Les cours d’eau gonflent et peuvent provoquer des inondations torrentielles avec des débordements importants.

Tout savoir sur les épisodes méditerranéens en vidéo